taire son ressentiment
Billets d'humeur

Faut-il taire son ressentiment ?

Faut-il taire son ressentiment ?

Cela fait maintenant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, que je me pose cette question : Doit-on taire son ressentiment, étouffer ce qu’on a à dire sous des sourires de complaisance ? Doit-on être patient, très patient, et tout garder pour soi, ou faut-il parfois que cela explose ? Que ce soit en famille, ou en société, doit-on toujours tout dire ?

 

Gérer son ressentiment

 

En famille, entre amis, au quotidien, nombreuses sont les raisons qui pourraient nous pousser à râler, voire même exploser de colère. Mais on ne dit rien. Souvent pour ne pas provoquer de dispute, ou pour ne pas envenimer une situation déjà difficile. Alors on encaisse, plus ou moins facilement, et on choisit parfois de ne pas répondre, ou ne pas dire ce que l’on a réellement sur le cœur. Mais, au final, est-ce si bon ? Ne risque-t-on pas de voir se dégrader les relations, avec le temps ?

Cela dépend principalement du motif, et de la personne concernée. Une personne avec laquelle vous avez peu d’affinités ne vous touchera pas autant qu’un proche, ou un membre de la famille. Vous aurez plus de facilité à « passer par-dessus ». Ou lui dire votre fond de pensée, sans craindre de perdre quelqu’un à qui vous tenez.

En revanche, s’il s’agit de quelqu’un que vous appréciez, que vous aimez, et dont vous êtes proche, vous aurez plus de mal à exprimer ce que vous ressentez, à avouer que vous avez été blessée, et laisser parler vos sentiments profonds. Vous ne voudrez pas non plus le blesser avec des propos qui dépasseraient votre pensée. Vous serez tenté(e) de tout garder pour vous, sauf que dans ces cas-là, vous tiendrez moins longtemps.

 

Crever l’abcès

 

Quel que soit le motif de votre rancœur, il faut impérativement vous libérer de cela, surtout si vous jugez que ça devient un besoin vital, comme quelque chose qu’on ne peut plus retenir trop longtemps, sous peine d’exploser intérieurement. « Crever l’abcès » n’est jamais facile, il faut choisir les bons mots, le bon ton, et essayer de se faire comprendre sans non plus paraitre accusateur. Bien sûr, sur l’instant, ça fait peur, on se demande comment l’autre va réagir. Mais laisser stagner une situation qui fait de la peine (à vous comme à l’autre personne peut-être ?) n’est pas une solution en soi.

Cela parait difficile, même moi parfois je recule, devant l’opportunité de « cracher le morceau », par peur d’une mauvaise réaction. Prendre du recul, peser ses paroles, et surtout avertir que l’on veut juste clarifier une situation, ou se libérer d’un poids qui fait mal….Et y aller…Peut-être que ça sera douloureux sur l’instant, mais avec le recul, cela peut s’avérer salvateur. Même s’il s’agit de votre ado, qui semble ne pas nous écouter à ce moment-là, le temps et le recul lui permettront de repenser à tout ce que vous vous serez dit, et probablement faire avancer la situation.

Et parfois, il faut passer par une bonne « engueulade », pour reconstruire quelque chose de clair et sans non-dits.

taire son ressentiment
Parfois, il faut s’engueuler…

Le ressentiment, la rancœur, sont des sentiments très négatifs, et, qui plus est, très résistants ! Ressentir ce genre d’émotions peut être tout à fait gérable en fonction du motif, mais, avec le temps, finissent par vous ronger, et négativiser vos journées, votre humeur, et vos relations.

Alors, sortez-les !

 

 

Image de couverture castelloincantato.it

Maman de 4, overbookée, active ,et make up addict ! Billets d'humeurs, d'humour, coups de coeur et découvertes

12 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :