sommes nous assez présents pour nos enfants
Billets d'humeur,  Nos chers enfants

Sommes-nous assez présents pour nos enfants ?

Je suis tombée sur un texte très touchant récemment, qui m’a renvoyé en pleine tête ce que je me demande depuis un moment déjà : Combien de temps passons-nous réellement avec nos enfants chaque jour ? Sommes-nous assez présents pour eux ?

 

Petit calcul tout simple

 

J’ai donc pris une de mes journées type, en semaine, et ai fait un petit calcul tout bête, mais au bien triste résultat :

* Leur journée commence à 7h, heure du réveil. Le temps de déjeuner, s’habiller, se débarbouiller, monter en voiture et arriver à l’école (du moins à la garderie car je dois partir travailler) il est 8h =1h avec les parents. Une heure pendant laquelle, il faut l’admettre, nous n’avons pas spécialement le temps de papoter, échanger, jouer ensemble….

* Du fait de mon travail, ils mangent tous les deux à la cantine. Je les récupère le soir et nous rentrons à la maison à 17h45. Ils vont se coucher à 20h30 environ = 2h45 avec les parents. Pendant ces 3 heures, me direz-vous, il y a le temps. Oui mais…. Il faut s’occuper des devoirs (s’il y en a), régler 2-3 paperasses, faire des courses, faire à manger, doucher et coucher ce petit monde. Ca laisse peu de temps, pendant le repas, et la douche, pour discuter, savoir ce qu’ils ont fait à l’école, si leur journée s’est bien passée… Sans compter que nous aussi, parents, sommes parfois éreintés de notre journée à rallonge.

« Je passe moins de 4h avec mes enfants, quand j’en passe 8 avec des collègues de travail »

 

J’en serais presque jalouse de la maîtresse, qui voit mon enfant toute la journée, alors que moi non. Elle sait s’il est fatigué, s’il a assez mangé, s’il a beaucoup de copains, s’il s’amuse bien, s’il a besoin d’aide, moi pas (en particulier si, en fin de journée, il répond « je sais pas » quand je lui demande ce qu’il a mangé, ou quel thème il a travaillé, bien que cet aspect-là s’arrange progressivement)

Et me dire que je passe nettement plus de temps au travail, avec les collègues (ce qui fera l’objet d’un prochain article), qu’à la maison à profiter de mes enfants, eh bien ça me rend bien triste.

 

Et l’apprentissage, les activités ?

 

Le week-end ! Il ne nous reste que le week-end pour profiter de « vraies » journées en famille, où nous prendrons ensemble le petit déjeuner, nous irons au parc, ou juste faire un petit tour. Pour leur laisser du temps pour sortir le matériel de dessin et terminer leurs œuvres d’art. Ou ne rien faire, mais ensemble.

Les vacances, et encore, les seuls moments où nous sommes aussi en congés, sinon, c’est le centre aéré qui profitera des enfants.

 

Eux,qu’en pensent-ils ?

 

Parfois nos petits bouts de chou ont des moments de faiblesse, refusant subitement de nous laisser quand vient l’heure de l’école, ou courent et pleurent sans raison quand on vient les chercher. Parfois ils s’accrochent à nous, peut-être au mauvais moment, et refusent de nous lâcher. Ce ne sont pas de simples colères, ils ont tout simplement BESOIN de nous. Ils ont besoin de leurs parents, de la chaleur du foyer. La maîtresse est là pour les instruire, nous sommes là pour les faire grandir, les épauler et les aider, pour leur montrer que nous, parents super héros, sommes là pour eux.

 

Quelles solutions ?

 

Y’en a-t-il vraiment ? Arrêter de travailler, et être disponible pour ses enfants, serait la seule solution. Mais encore faut-il pouvoir assumer financièrement de ne pas travailler. Et je ne suis pas sûre que se couper entièrement du monde et ne plus avoir la même vie sociale seraient bons à long terme.

 

En attendant…

 

Eh bien on fait du mieux qu’on peut. On profite des instants qui nous sont donnés. Les week-ends on les planifie, ou pas, mais l’important est de voir grandir (un minimum) et de profiter de nos enfants.

Maman de 4, overbookée, active ,et make up addict ! Billets d'humeurs, d'humour, coups de coeur et découvertes

18 Comments

  • marie

    On en passe probablement pas assez… et parfois le peu de temps où on est avec eux, j’ai l’impression de me transformer en tyran qui doit gérer les disputes, les non à répétition, tout en effectuant les tâches ménagères, régler les rv médicaux, activités… après ma journée de boulot et 3h de transport…

  • Soa

    Je passe 30 à 45 minutes avec eux le matin et 2 à 3 heures entre le moment où j’arrive le soir et le moment du coucher. C’est bien entendu trop peu, et les enfants se plaignent de ne pas pouvoir nous voir un peu plus. A défaut, je fais tout pour me charger du lever et de les habiller le matin, leur père prend le relais pour le petit déjeuner et pour les déposer à l’école. Le soir, à moins d’être complètement patraque, je passe une heure à jouer avec eux. Et le week-end, on passe le maximum de temps ensemble. On s’est dit qu’à défaut d’assurer quantitativement, on se rattrape sur la qualité des peu de moments qu’on passe ensemble.

  • acté

    à la réunion parents-enseignants mi septembre… une phrase de la directrice de l’école m’a fait réfléchir : lecture 10-20 mn par jour c’est mieux que 30 mn le week end… (la régularité ça paye) ça me rappelle le discours beaucoup trop commun du genre, « on rattrapera le temps perdu le week end », le temps que l’on n’a pas passé avec nos enfants, c’est le temps perdu… pour de bon !!!

    Avoir du temps chaque jour avec son enfant c’est mieux que juste le week end. La réalité est triste mais il ne faut se voiler la face. La phase hautement politiquement correcte « la qualité mieux que la quantité » me rend dingue… parce que je sais qu’au fond la quantité amène la qualité… par exemple : 2-3 h de temps de qualité le soir avec les enfants c’est mieux que passer la journée en entière pourrie etc.. dans la réalité 2- 3 h le soir c’est souvent très pourri (oui, l’accumulation de fatigue n’a jamais rendu des gens-enfants/adultes aimables). Il m’arrive d’avoir le temps 17h-19 h super bien avec mes enfants, mais heureusement que j’ai toute la journée avec eux (câlins le matin, fou-rire à 10 h, une crise à 10 h 15, ranger le bazar à midi, jeux à 15 h…), je ne dois pas compter sur le 17-19 h pour avoir du bon moment parce que là c’est trop aléatoire.

    Les enfants aiment la personne qui s’occupe d’eux, c’est du bon sens… j’ai plein de copines qui ont été élevés par les bonnes (je vis en Asie) elles aiment toujours plus leurs bonnes que leurs mamans et elles le disent (mais quand je dis ça, ça fait pleurer les gens qui ne voient leurs enfants que quelques heures par jour)

    L’école c’est intéressant (pas obligatoire), mais les parents sont les premiers éducateurs des enfants.

    Je dis toujours à mes enfants qu’ils sont les plus importantes personnes au monde pour moi et je suis là pour eux, j’aime être cohérente avec moi-même

    Le week-end c’est la famille, avec le papa mais je sors avec mes enfants tout le temps (moins de monde en semaine dans les parcs etc), un enfant a besoin des parents tous les jours par seulement de temps en temps.

  • Choupi BénéJéjé

    Moi je ne travaille pas, je vois ma fille 1h le matin … comme tout le monde, pas d’échange à ce moment là. « Habille-toi » « tais-toi et mange tu vas être en retard » « prépare tes tartines » …
    Après l’école elle rentre à 15h30 (vive la Belgique). Et là je me rends compte que j’ai une chance immense, je bénéficie de 5h30 d’échange intense avec elle, puis super Daddy à partir de 17h30. Oui mais voilà, moi je n’ai pas de vie sociale, pas d’activité. A la campagne sans véhicule ni transport en commun ben pour le coup je trouve que je passe « trop » de temps avec elle et je ne dis pas ça pour rigoler, non, car elle est devenue « accro » à moi. Elle a bien du mal à se passer de moi…
    Où est le juste milieu ? Le mi-temps très certainement …

  • enfancejoyeuse

    C’est vrai que ce calcul est difficile à faire… pourtant c’est la réalité de beaucoup de foyers… Et les solutions manquent car comme tu le soulignes : arrêter de travailler n’est pas toujours envisageable ou viable à plus ou moins long terme ! :S Je pense que le fait d’en avoir conscience aide à profiter des instants que l’on a ensemble.. Et il ne faut pas oublier les week-ends, les vacances et toutes ces heures passées ensemble ! 😉

  • gettinhope

    Justement j’en parlais avec chéri à table ce soir . Si je n’avaus pas fais le choix de m’arreter De travailler 3 ans j’aurais repris le boulot lundi alors que Émeline a seulement 10 semaines… je suis consciente que c’est une chance de pouvoir financièrement me le permettre. Bien sûr il y aura des sacrifices financiers moins de restos et de week-end. Mais on été d’accord tous les 2 il été impensable de laisser bébé en crèche ou en nounou et que nous ne voyons pas son évolution.
    J’admire les mère qui par choix ou obligation quitte chaque matin leur petits bouts jusqu’au soir . Moi j’en serai incapable

  • unbrindemaman

    Bonsoir,
    Super intéressant comme d’habitude. Une vraie question qui me dévorerais de l’intérieur si je n’avais pas le choix et que je DEVAIS retourner travailler. Tu mets le doigt sur un vrai problème. La société impose beaucoup de choses. Si certaines mamans préfèrent « prendre l’air » en « s’accomplissant » via leur boulot, d’autres donneraient tout pour passer plus de temps avec leurs petits.

  • bienamicalementvotre

    oui, nous ne passons pas assez de temps avec eux, c’est clair. Heureusement qu’il y a les vacances scolaires (ici il y a beaucoup de jours fériés donc cela compense)
    La solution serait comme tu le dis, rester sans travailler ou du moins de la maison avec des heures flexibles, mais ce n’est pas évident financièrement.
    De mon côté, j’ai réduit mes heures de travail mais je ne peux pas leur offrir le « côté matériel », certains extras… mais je crois, au fond, que ce dernier point n’est pas le plus important et qu’eux même valorisent d’avantage que je passe plus de temps avec eux, alors cela marche pour nous

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :