mon petit garçon menace de quitter la maison
Nos chers enfants

Mon enfant menace de quitter la maison, comment réagir ?

Un jour de colère, notre petit garçon de 6 ans nous a tout à coup annoncé qu’il voulait quitter « cette maison » pour aller « ailleurs ». Dire que nous étions abasourdis serait peu, pendant quelques secondes nous n’avons pas su comment réagir !

 

« Je veux quitter cette maison ! »

 

Ces mots ont résonné un moment dans ma tête, je suis d’ailleurs restée sans voix. C’était la première fois qu’il nous disait quelque chose comme ça, même si ce n’était pas sa première « colère ». Nous venions de le fâcher pour une bêtise quelconque, et tout à coup, il s’est précipité sur le buffet, pour y prendre une feuille. Il nous a dit : « De toute façon, je veux quitter cette maison ! »

Petit moment de flottement, mon mari et moi nous sommes regardés, un peu hagards, un peu effrayés aussi. Comment notre petite bouille de 6 ans pouvait penser à ce genre de choses ?

 

Etape 1 : Avoir la bonne réaction

Etape primordiale pour le bon déroulement de la suite, avoir la bonne réaction.

Sur le moment, je vais être honnête, j’ai eu tellement mal que j’ai failli lui crier dessus, lui dire qu’il n’était pas gentil de dire ce genre de choses, qu’il nous faisait du mal…. Heureusement aucun de ces mots n’est sorti (même si, avouons-le, mon petit coeur de maman s’était brisé en mille morceaux).

Son père et moi avons donc gardé notre calme et discuté.

 

Etape 2 : Discuter

Je précise avant tout que nous ne sommes pas le genre de parents totalement accros aux principes de l’éducation positive, qui vont ouvrir une cellule psychologique à chaque colère d’un enfant, afin de comprendre ses motivations, son ressenti, tout ça tout ça. Mais là, pour le coup, il y avait vraiment besoin d’éclaircir cette phrase. Donc, au lieu de nous fâcher, en le punissant et clôturant l’évènement, nous sommes restés avec lui, devant ce buffet, afin de lui demander plusieurs choses.

 

  • Pourquoi ?

Nous lui avons demandé pourquoi il souhaitait partir de la maison. Il nous répondu plusieurs fois « je ne sais pas », avant de nous dire que c’était parce qu’il était en colère. Bien. Mais pourquoi en colère ? Il nous a exposé le motif de sa colère (bataille avec son petit frère).

Au fur et à mesure qu’il se « lâchait », le ton de sa voix a changé, devenant plus calme, limite plaintif. Son regard aussi. Il avait le regard noir au début, beaucoup plus beau après. Nous avons pris le temps de l’écouter.

 

  • Ou irais tu ?

Idem, il nous a répondu « je ne sais pas ». Avant de finir par dire qu’il irait « chez son pote ». D’ailleurs, il avait pris une feuille dans le buffet pour faire une « liste » afin de ne pas omettre d’y aller, si par hasard il se réveillait en pleine nuit et se rendait compte qu’il avait oublié (Nous avons un peu souri à cette évocation, vu qu’il sait à peine écrire 🙂 )

Je lui ai demandé s’il pensait vraiment que la maman de son copain serait enchantée de recevoir chez elle un petit garçon en colère. Il a pris le temps de la réflexion avant de me répondre que non.

 

Etape 3 : Lui expliquer le fonctionnement

Une fois les questions posées, et expliquées, nous lui avons rappelé que, même dans un moment de (grosse) colère, il ne pouvait pas partir de la maison comme ça, que nous sommes ses parents et que son foyer est ici. Qu’il peut s’isoler s’il en a besoin, mais que pour cela, sa chambre fait très bien l’affaire 😉

 

Etape 4 : Le rassurer

Sa colère étant passée, nous l’avons rassuré, sur le fait qu’il a le droit d’être vexé, énervé, et que ça n’empêchait pas qu’on l’aime fort.

 

L’incident était clos, il a rangé la feuille, est reparti jouer (sans son frère ^^) et, depuis, ne nous a jamais redit qu’il voulait quitter la maison, même lorsque nous nous sommes encore fâchés.

Je me demande aujourd’hui s’il l’aurait réellement fait, si nous n’avions pas désamorcé sa colère. Je dirais que non, mais j’avoue que parfois je me pose encore la question.

 

Et vous ? Avez-vous déjà vécu ça ? Quelle avait été votre réaction ?

 

 

 

 

Crédit photo : Magicmaman.com

Maman de 4, overbookée, active ,et make up addict ! Billets d'humeurs, d'humour, coups de coeur et découvertes

4 Comments

  • Soa

    Oui mon fils a aussi eu cette réaction suite à une grosse colère. La première tentation a été de lui crier dessus, lui dire des choses bêtes du genre comment peux-tu dire çà à ta mère, le genre de culpabilisation dans lequel il ne fallait surtout pas tomber. Mais après avoir énormément pris sur moi, j’ai réussi à garder le calme et à discuter. Il ne l’a fait qu’une fois, çà ne s’est jamais renouvelé !

  • lili

    Déjà vécu à la maison. Ma réponse, ok mon bouchon mais sans tablette, sans téléphone, sans pc. Tu connais le chemin de la porte, tu seras capable de le retrouver car tu risques de te cailler le cul dehors ! Ce genre de menace je ne réagis même pas, c’est de la provoc car on les a contrarié.

  • unbrindemaman

    Oh le titre m’a vraiment interpelé. Je n’ai jamais eu cette réaction étant enfant alors l’imaginer à été un peu difficile pour moi. C’est vrai que ces propos là sont très violent… Bravo à toi tu as très bien réagit je pense.

    • queenofthetribu

      Merci 😘 j’avoue que ca pique beaucoup d’entendre ca lol. J’espère avoir réagi de la bonne manière, même avec 4 enfants, je n’avais jamais été confrontée à ca 😕

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :