enfants pardon
Billets d'humeur

Mes enfants, je suis désolée

Ce soir maman a le coeur lourd. Le moral dans les chaussettes. Maman se sent oppressée, impuissante, épuisée.

Parce que le monde a un problème, quelque chose ne tourne pas rond. Parce qu’aujourd’hui, on ne peut plus allumer la télé sans écouter des  nouvelles glauques. On y parle de meurtre, d’attaques terroristes à répétition, de virus mondial, de réchauffement climatique, de ressources épuisées, de catastrophes naturelles. On y voit des gens se battre pour du papier toilette, se ruer comme des zombies dans les magasins. On a l’impression que l’explosion planétaire est plus proche que jamais. Que l’être humain a définitivement perdu la raison.

 

A mes filles

 

Mes grandes filles, je suis navrée d’avoir peur de vous laisser sortir seules, de craindre de ne pas savoir ou vous êtes et ce que vous faites en temps réel, parce que le monde a décidé que porter une jupe ou un débardeur était un appel au viol, parce que si vous avez le malheur d’être au mauvais endroit au mauvais moment, votre vie peut s’arrêter, parce que, d’une manière générale, les femmes sont toujours plus en danger que les hommes. Vous avez grandi dans un monde qui partait déjà en vrille, mais nous avions réussi à vous protéger au maximum. Maintenant que vous êtes grandes, vous comprenez pourquoi on fait tout ça, mais aussi que le monde devient fou.

Cette année 2020, vous n’avez pas pu passer votre bac, votre permis de conduire, parce que le pays était confiné et reconfiné. Vous avez stoppé net vos projets, parce que rien n’était faisable. Vous êtes restées coincées à la maison, longtemps, parfois loin de vos amies, les potes, le petit copain. A tenter de continuer de travailler vos cours à distance, en gardant la motivation intacte. Vous avez peiné à trouver des jobs d’été, et vous savez déjà que votre entrée dans le monde du travail sera difficile.

 

Mes petits garçons

 

Je pense que vous êtes les plus à plaindre. Vous êtes encore si jeunes, si naïfs, et déjà soumis à des règles strictes, des interdictions, des restrictions de liberté.

Je suis désolée qu’aujourd’hui, avant d’apprendre à écrire correctement, vous soyez obligés d’apprendre à vous cacher sous les bureaux en cas d’attaque terroriste. Désolée que vous ayez été obligés de faire une minute de silence, pour un acte qu’à votre âge, vous ne comprenez pas.

Je vous demande pardon de devoir vous faire porter un masque toute la journée à l’école, parce que le « coronaminus » ne nous fout pas la paix. Pardon de vous avoir emmenés dans une cour de récréation barricadée, avec vos 4 mètres carré personnels de « divertissement » Et même si vous êtes extrêmement bien appliqués et que vous ne bronchez pas, vous savez bien que ce n’est pas normal au fond.

Désolée qu’on ne puisse plus regarder les infos ensemble, sous peine de noircir votre journée et, qu’on se le dise, de pourrir l’ambiance à table. J’ai dû annuler nos mini vacances, mais promis on se rattrapera.

Une personne, pourtant fort sage, m’a conseillé de ne pas m’inquiéter pour mes garçons. Que les enfants s’habituent facilement à bon nombre de situations, et que s’ils grandissent dans le monde actuel, tel qu’il est, ils ne pourront pas regretter « le monde d’avant ». Oui mais moi, je vois ce qui était et ce qui n’est plus, et je ne peux m’empêcher de me demander quels genres de souvenirs nos enfants vont se créer.

Cette année, même votre précieux Noël est menacé. Peut-être que ça va réveiller les gens. Ou peut-être qu’ils se rueront juste dans les magasins pour être sûrs d’avoir le dernier jouet du dernier rayon encore debout.

Alors nous, parents, tentons de préserver ce qu’il reste de magie, pour que vos yeux brillent quand même au matin du 25 décembre. On éteint la télé « normale » et on se concentre sur les choses de votre âge. 

 

Je vous demande pardon

 

J’ai honte de ce qu’on va vous laisser, de la vie que vous allez devoir mener. Parce qu’on vous a voulus, vous êtes là, vous n’avez pas eu le choix, et vous devez maintenant tenter de réussir votre vie dans ce monde qui tourne mal. Vous aurez le droit de nous en vouloir, même.

Ce sera donc à vous de relever le niveau, parce que franchement, nous, on n’a pas assuré.

 

 

 

Maman de 4, overbookée, active ,et make up addict ! Billets d'humeurs, d'humour, coups de coeur et découvertes

6 commentaires

  • Les tribulations d'une maman à la campagne

    Je suis d’accord avec toi.
    Niveau télé depuis les attentats du 13 novembre, on ne la regarde plus avec notre fils, enfin du moins pas les infos ! Étant né un 14 novembre, il a pu découvrir que ses dessins animés avaient laissé la place aux infos (bon anniversaire mon Doudou!). Donc maintenant on est soit sur des DVD soit sur Netflix.
    On suit les infos de loin et si mon fils nous pose des questions, on essaie de lui répondre au mieux.
    Heureusement pour nous, il n’est pas très stressé par ce qu’il l’entoure. Vivant à la campagne, on a plus de chance de pouvoir sortir donc les effets du confinement sont moins pénibles.

    • queenofthetribu

      On n’est pas tout à fait en campagne, mais on a de vastes étendues tout à côté, alors on a aussi cette possibilité d’aller se balader un peu comme on veut. Heureusement ^^ Ici c’est pareil niveau TV , c’est Netflix, Disney +… les infos, je les regarde moi même sur le net. Mais comme tu dis si bien, si nos enfants nous posent des questions, on leur répond avec des mots choisis, qu’ils vont comprendre sans que ça ne les traumatise non plus 😉

  • The duck maroilles

    Tu n’as pas à demander pardon aux personnes que tu aimes.
    Tout comme tes enfants, tu es dans la même situations.
    Si je pouvais me mettre à la place de ceux ci, je te remercierais.
    D’être présente, bien veillante, de les protéger comme tu l’as toujours fait…
    Alors ne baisse pas les bras et souris à la vie que tu as choisi.
    Garde dans ton cœur l’espoir de jour meilleur.
    Bisous

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :