Doit-on réussir à tout gérer
Billets d'humeur

Doit-on obligatoirement réussir à gérer famille et travail ?

Je me pose la question depuis un certain temps ; est-il possible de réussir partout, tout le temps et dans tous les domaines ? Conjuguer sa vie de famille et sa vie professionnelle, sociale ? Etre « parfaite » en tout point ? Et surtout, le faut-il vraiment ?

 

Ca y est, je suis maman !

 

Quand on devient maman, on a beau être active professionnellement, depuis longtemps ou pas, tout à coup, les priorités changent. Un petit être a besoin de vous, est dépendant de vous, et tout naturellement, vous vous concentrez sur lui.
Notre système actuel nous propose d’ailleurs de pouvoir nous focaliser sur cette nouvelle petite bouille, en nous permettant d’arrêter notre activité professionnelle, au moins les premiers mois, voire même les premières années (Le site de la caf permet d’en savoir plus concernant les différentes solutions de congés de parentalité). Tout au long du congé, une petite rémunération vous est donnée, et vous n’avez plus qu’à vous occuper de bébé, le voir grandir, ne rien rater de ses premières fois.
Pendant ce temps, votre carrière professionnelle est mise sur pause.

 

Le choix de reprendre le chemin du travail

 

Après le temps de congé, que vous aurez choisi de faire durer, ou pas, vous décidez de reprendre le travail. Les raisons sont multiples, et souvent basiques :

 

La vie sociale :

En effet, rester à la maison c’est bien, mais pendant ce temps, vous ratez forcément des choses de la vie active, vous vous demandez ce qu’il se passe « au boulot », si votre place est toujours dispo, si vous n’avez pas été « remplacée ». Vous ne voyez plus grand monde, vous qui avez l’habitude d’échanger. (Et plus le temps passe, plus le retour est difficile).

 

L’estime de soi :

En restant à la maison, parfois également, vous pouvez commencer à vous ennuyer… si si ! Quand bébé dort, que tout est rangé, repassé, nettoyé, parfois les journées peuvent être longues, la routine s’installe inexorablement. Vous qui avez l’habitude d’aller au boulot, vous habiller, vous maquiller, vous êtes aujourd’hui seule dans votre maison, avec parfois l’impression de ne servir « à rien ».  Vous pouvez être tentée de rester dans le fameux « jogging de maison », après tout, vous n’avez pas prévu de sortir ? Entre le laisser aller, la fatigue, le stress lié au bébé, et les traumatismes dûs à l’accouchement, on peut facilement tomber dans une période de déprime, de baby blues,d’une perte d’estime de soi.

 

Et bien sûr, le nerf de la guerre, j’ai nommé : l’argent !

 

C’est LA raison, qui, personnellement, m’a fait reprendre le travail. En tant que famille nombreuse, les préjugés sur les allocations vont bon train (j’en parlais dans cet article ). Bref, pour la faire courte, je touchais très très peu, et malgré le salaire de chéri, avec une tribu à nourrir, il a fallu que je reprenne le chemin du taf !

Vous voila donc de retour à votre poste, ou vous commencez un nouveau boulot. Et là, les choses sont très différentes de ce que vous aviez vécu jusqu’à présent.

 

« En gros, avant vous aviez 1 vie, maintenant vous en avez 2 »

 

 

Est-on obligé(e) de réussir à tout gérer ?

 

Bien sûr, en reprenant le travail avec un ou des enfants, les choses changent. Vous devez trouver un mode de garde, jongler le matin entre votre préparation perso, la préparation des enfants, les trajets crèche/nounou/garderie et boulot(à l’heure !), faire sa journée, revenir, récupérer les enfants, gérer la maison, le ménage, les lessives, les papiers, et faire manger, doucher et coucher les enfants crevés ^^

Ce rythme peut s’avérer difficile à gérer, en particulier si vous avez un boulot à plein temps. Si en plus, vous avez des horaires qui correspondent aux horaires des administrations, des consultations médecins, eh bien, mener sa petite barque peut vite devenir difficile !

En ce qui me concerne, c’est un rythme effréné. Chéri étant absent toute la semaine, je dois me débrouiller pour tout, le boulot, les petits et gros bobos, les courses, la maison, les colères des enfants, les soucis des plus grandes….

Et parfois, il arrive qu’on ne gère qu’un (long) temps….avant le coup de pompe total. Celui qui vous met sur les rotules, qui vous crève, vous enlève toute envie de faire quoi que ce soit une fois que les enfants sont couchés, ni le week-end, parce que vous vous reposez.

Et c’est tout simplement humain ! Nous ne sommes pas des robots, notre organisme ne résiste qu’un temps à la tension à laquelle nous le soumettons. Nous ne sommes pas obligés, par tous les moyens, de réussir à tout gérer. Certain(e)s y arrivent parfaitement, d’autres sont plus vulnérables. Et l’admettre, c’est déjà faire un pas vers un mieux être.

 

doit-on réussir à tout gérer

 

Quelles solutions ?

 

Bon, on va le dire tout de suite : On n’a pas le droit de vendre ses enfants ! On les a, on les garde 🙂

 

Mais il y a diverses solutions pour pouvoir concilier plus facilement vie de famille et travail :

  • Opter pour un travail à temps partiel : Si les revenus familiaux le permettent, vous pouvez peut-être penser au mi-temps, ou temps partiel, qui vous laisse du temps pour faire tranquillement les choses que vous remettez systématiquement à plus tard. Vous serez plus serein(e) en sachant qu’il y a des jours ou vous pourrez « souffler » un peu, ou en tout cas adoucir le rythme de la semaine.
  • Un travail à domicile : Pourquoi ne pas monter votre société, si vous avez un projet qui tient la route ? Travailler de chez soi implique d’être stricte avec soi-même, mais vous serez chez vous, et pourrez choisir vos horaires de travail (ce qui n’est pas négligeable)

 

 

Si vous avez d’autres propositions de solutions, n’hésitez pas à me laisser un commentaire 🙂

 

 

Et vous ? Avez -vous déjà eu cette sensation de ne pas pouvoir continuer à tout gérer ?

 

 

Maman de 4, overbookée, active ,et make up addict ! Billets d'humeurs, d'humour, coups de coeur et découvertes

13 Comments

  • marie

    Avoir conscience de ne pas pouvoir tout gérer oui mais sans trouver de solution…
    Appréhender la rentrée et sa cohorte d’inscriptions, de réunions, de reprises des activités des 4… si quelqu’un a une solution miracle, je suis preneuse 😉

  • Soa

    Pour ma part, j’ai aussi depuis que je suis maman le sentiment que mener de front les deux est un peu ardu. J’ai continué à travailler mais dans ma tête, je me suis dit que si j’avais à devoir choisir entre les deux, je choisirais la vie de famille tout en étant consciente de ce que je vais perdre (statut social, un salaire correct, une grande partie de mon indépendance, etc). Pour le moment, je croise les doigts, je n’en suis pas encore là alors que mes responsabilités dans le travail ont augmenté, mais il m’arrive d’avoir des moments de stress pour mener à bien mon travail sans faire trop souffrir ma vie de famille.

  • Absolutelyfemme

    Tout mener de front est notre lot quotidien, que l’on ait choisi de travailler à temps plein ou non. Dans tous les cas je pense qu’il ne faut pas chercher à exceller dans tous les domaines, juste faire ce que l’on peut, mais aussi et surtout, ne pas oublier de s’occuper de soi avec des petits riens qui nous tiennent à cœur…

  • WorkingMutti

    Je travaille à temps plein, chéri aussi et nous avons trois enfants de moins de 3 ans. Pas de famille pour aider à proximité. Et c’est juste de la folie furieuse !

    Légalement certes je pourrais prendre un temps partiel, idem pour chéri. Mais dans les faits c’est impossible étant tous les deux cadres. Soit nous aurions une grosse pression de la hiérarchie pour changer de poste, soit,si on le refuse, on se ferait mettre au placard avec un changement substantiel des missions. Et bien sur on serait grillés pour un moment.

    Et je dois avouer que je ne me suis pas tapée 2 masters pour me retrouver à enregistrer le courrier dans un tableau excel #mamanegoiste.

    Donc pour le moment je reste sur la corde. Je suis en télétravail un jour par semaine. Même s’ils ne sont pas avec moi, je peux les chercher plus tôt le soir. Je suis sur la corde aussi au niveau des horaires, je gruge un peu pour partir plus tôt et j’enchaîne ma journée. Clairement, la promotion ne sera pas pour tout de suite, mais je ne suis totalement hors circuit.

    J’ai déjà eu envie de tout plaquer, de prendre un congés parental. Mais je ne serais pas heureuse. Lorsque je suis seule avec mes enfants toute la journée plus d’une semaine je dépéris. Mais je profite tellement mieux de notre temps ensemble quand j’ai pu avoir une vie sociale et remuer mes neurones au bureau.

    • queenofthetribu

      Oui je comprends, c’est ce que je craindrais aussi, l ennui mortel si je devais rester a la maison en permanence… pas facile de gérer tout ca !

  • Douce Lili

    Hello,
    Je suis en plein dedans en ce moment … Plus le goût de rien sauf d’être chez moi avec ma famille. Un peu de lecture, un peu d’écriture; de sport et de dessin qui permettent une chose « s’évader ».
    Ce sont les seules activités en ce moment qui me donnent la pêche mais que quand je suis dessus …
    Sinon le reste du temps j’ai envie de dormir … Dormir et encore dormir lol

    Pas évident de jouer sur tous les tableaux : la vie pro, la maison, les enfants (oui je n’en ai qu’une mais je compte mon mari dans le lot :p ), ses activités et tout le reste …

    Oh oui, j’en rêve de ce 80% que j’ai demandé … Ce n’est qu’un jour pour le moment mais c’est déjà 1 jour complet avec ma fille. Mais il se tarde à venir et cela est de plus en plus dur.

    Ton article est super et nous fait sentir moins seules 😉
    Merci à toi,
    Douce journée,
    Lili

    • queenofthetribu

      Merci beaucoup pour ton retour, qui me rassure aussi ( Et tu as raison de compter monsieur mdrrr). Je n’ai même pas demandé un 80%, qui serait refusé d office…. pourtant ce serait presque idéal !

  • Sylvie

    Personnellement j’ai continuer à travailler après la naissance de ma fille mais je ne trouvais plus ma place au travail. Et même si être un peu « seule » me faisait du bien je ne supportais pas être sans arrêt loin d’elle et de devoir manquer presque chaque semaine le travail pour cause de maladie de la petite.

    Aujourd’hui je suis à la maison, enceinte du deuxième. On a dû faire beaucoup de concessions mais ça en vaut largement les chandelle

    • queenofthetribu

      Oui j’ai le même souci avec mon dernier, souvent malade, qui m oblige a quitter le boulot régulièrement, et je perds chaque fois plus de crédibilité…

  • unbrindemaman

    Coucou par ici,
    Comme promis je suis là et j’ai adoré ton article. Tellement juste. La vie de femme/mère est vraiment particulière. Beaucoup de pression. Peu de solutions…
    Moi j’interromps volontairement ma carrière d’architecte pour voir ma fille grandir car je sais qu’autrement je ne serait ni heureuse ni épanouie à ne pas la voir.
    Je suis réaliste, je connais le rythme et l’énergie que mon boulot me demanderais. Avec ce que je souhaite de ma relation avec ma fille, ce serait tout bonnement incompatible.
    En attendant de reprendre j’ai pleins de projets pour ne pas « m’ennuyer » si je puis dire… Déjà il y a le blog, puis la boutique en ligne qui se monte petit à petit…
    Je fait comme je peux et je reste réaliste. On n’est pas des robots comme tu le dis très justement. J’adore mon travail et je ne l’abandonne pas pour autant. J’ai profité d’un tournant dans ma vie pour faire une pause. Je reprendrais quand j’en ressentirai le besoin et quand ce sera le bon moment tout simplement.
    EM.

    • queenofthetribu

      Merci pour ton retour. J’ai moi aussi plein de projets d écriture, et j’aimerai avoir le temps de les concrétiser. Du coup je suis en pleine réflexion sur ce que je veux vraiment. Je suis dans une phase où je me demande si je prends les bons chemins. Bisous

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :