chroniques-dune-ado-noël
Chroniques d'une ado

Les chroniques d’une ado-Noël selon moi

Pour cette chronique, j’ai décidé de m’attaquer à un sujet ardu, Noël. Bien que, dit comme ça, ça n’a pas l’air ardu, laissez moi reformuler :

« Le Père Noël n’existe pas, les enfants ». Ce sujet… Aïe…

J’ai 16 ans, et je ne crois plus au Père Noël. Logique,je suppose. Mais la vraie question est comment ai-je su que ce n’était qu’une légende ? Quand nous étions petites ma sœur et moi, nous faisions les courses avec maman et si je me souviens bien, elle avait acheté une poupée que ma sœur retrouva sous le sapin. Ma mémoire, je dois vous l’avouer, est assez floue. Mais c’est à partir de ce moment que j’ai compris que le Père Noël n’existait pas.

Mon rôle de grande soeur à Noël

Aujourd’hui, je vis avec deux petits frères et je dois garder le secret. Depuis que ces petits monstres sont là, c’est devenu un jeu.

Dès que nous rentrons dans la période de Noël, je deviens complice, et c’est amusant d’aller acheter les cadeaux, de les cacher, de faire attendre les petits monstres pendant que je sais ce qu’ils auront mérité ou pas (rire cruel, non en vrai, ils sont adorables). Et c’est vraiment un jeu, certes cruel, que j’adore jouer.

Du début à la fin, il faut garder le secret. Je pense que je devrais faire une liste de choses qu’il faut faire sans se faire attraper, vous comprenez, il faut faire durer le mensonge. La magie, pardon.

    • Ne jamais, et je dis bien jamais, laisser traîner ne serait-ce qu’un indice.

    • Il faut finir le lait, l’orange ou la pomme, que les petits laissent sous le       sapin à l’attention du Père Noël (et ses rennes)

    • Cacher les cadeaux, rester debout et attendre que les monstres dorment pour les mettre sous le sapin

    • Les menacer, parce que c’est assez drôle. La phrase qui marche le mieux, c’est « je connais l’adresse du Père Noël parce que je sais où il habite, et je vais lui envoyer une lettre pour lui dire que tu n’as pas été sage ». Ne me remerciez pas, c’est cadeau

   •Apporter les lettres à La Poste

En parlant de Poste, je ne l’ai appris que très récemment mais les enfants peuvent inventer l’adresse qu’ils veulent pour leur courrier, tant que c’est destiné au Père Noël. En plus, l’envoi est gratuit.Moi, mon adresse préférée c’était « rue des étoiles », parce que j’étais fan de Grégoire. Mais ça, c’est un autre sujet.

biscuits sapin noël

Ma partie favorite, autre que les menaces (mais vraiment, c’est hilarant je vous le promets), c’est l’ouverture des cadeaux. Il faut jouer la surprise, faire genre je savais pas, alors que « j’ai galéré à trouver ton fichu jouet et que en plus j’ai galéré à faire ton paquet cadeau et que » – je m’emporte, excusez moi. BREF, reprenons.

La magie de noël dure toujours

Mais ce que je préfère, sans sarcasme aucun, c’est leurs têtes quand ils ouvrent leurs cadeaux. Noël c’est la période la plus magique de l’année, et je dois avouer c’est sûrement ma favorite aussi. Tout est meilleur à Noël, la neige devient amusante, la nourriture a plus de goût, les touristes deviennent moins embêtants (et c’est vous dire), les cours sont moins longs et les repas de famille aussi (et c’est encore vous dire).

Et les petits monstres le vivent plus que nous, les adultes et presq’adultes.. eux n’ont pas conscience de la réalité, des heures passées à faire du shopping notamment. Et les places de parking. Et les gens. Et. Bref, vous avez compris.

Ils vivent dans un monde où Noël n’est synonyme que de cadeaux, de mercis et de magie. La magie, surtout. Je pense que je n’ai jamais vu quelque chose de plus beau que les yeux d’un enfant qui s’illuminent face au sapin où des cadeaux traînent ça et là. Je sais que je suis chanceuse, j’ai une famille, une maison, et des cadeaux sous le sapin. Mes parents nous ont toujours appris à être reconnaissants. Nous n’avons jamais manqué de rien, mais ce n’est pas une raison pour agir comme des enfants-pourris-gâtés. N’est-ce pas ? J’adore me réveiller le 25 au midi matin, et voir qu’ils sont debout avant moi, et de les voir tout excités juste à la vue du sapin allumé et des cadeaux qui sont en dessous. Ce n’est pas un sentiment que je pourrais définir. C’est magique. Du haut de mes 16 ans, je fonds à chaque fois.

Noël restera Noël

Pour résumer, j’ai beau être un tantinet cynique, j’adore Noël. J’adore plus particulièrement l’esprit de Noël. Voilà mes conseils et expériences par rapport au mythe de notre cher bon gros bonhomme rouge (on dirait un titre d’une chanson qu’il y aura au spectacle d’école des monstres).

laissez les croire au père noël

Toujours là pour vous éclairer,

votre amie Clarissa (mais est-ce vraiment mon prénom ?)

Et si vous voulez relire l’article de Queen (enfin, maman, quoi…) sur Noël, c’est par ici

Maman de 4, overbookée, active ,et make up addict ! Billets d'humeurs, d'humour, coups de coeur et découvertes

2 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :