Billets d'humeur,  Nos chers enfants

Maman, mais pourquoi tu cries tout le temps ?

Cette phrase, prononcée par mon garçon de 5 ans, est tombée comme un couperet, à un moment où j’avais dû crier plutôt que parler, et pour une raison que j’ai oubliée. Qu’avait-il fait, ou pas fait, pour que je crie, je ne sais plus. Peut-être n’avait-il pas enfilé ses chaussons assez vite, ou peut-être avait-il encore décidé d’aller aux toilettes alors que le repas était servi. Tout ce que je sais, c’est qu’à cet instant, je me suis arrêtée net, sans réponse à fournir.

Cette phrase, prononcée avec sa petite voix, m’a donné une gifle. Une bonne grosse claquasse !

C’est vrai d’abord, pourquoi je crie souvent en ce moment ? Pourquoi chaque demande finit en crise ? Pourquoi le moindre bruit me fait sortir de mes gonds ? Parce que je suis plus fatiguée que d’habitude ? Parce que l’âge fait que je supporte moins certains comportements ? Parce que je suis « pressée » ?

Et j’ai commencé à me poser différentes questions, sur ma manière de faire, sur le train de vie que je mène, sur moi-même. Et le constat a été sans appel : Une maman à fleur de peau, au bord du pétage de plomb, du burn-out (oui c’est très à la mode, alors moi aussi, y’a pas de raison) .Pourquoi ? Bonne question.

J’ai trouvé quelques éléments de réponse en faisant un point sur ma vie :

  • Les journées sont quand même très rythmées, entre les enfants (petits et ados) dont il faut s’occuper, la journée de travail, les courses, la maison, les papiers… Un million de choses à penser, de temps en temps le cerveau s’emmêle un peu les pinceaux !
  • Est-ce que je prends assez de temps pour moi, pour les copines, les sorties ? Non, je n’ai pas trop le temps, et quand j’ai un peu le temps, je suis tellement fatiguée que je n’en ai pas forcément envie. Repli sur soi, manque de vie sociale.

Alors en effet, sans même le voir arriver, on tombe dans une certaine morosité. On est moins patient, on supporte moins certaines choses sans importances au départ. Et puis il faut que tout aille vite, car la journée est chronométrée. Et petit à petit, dans la maison, s’installe un peu le même schéma, vite, vite, vite. Dépêche-toi de manger, ça va refroidir, dépêche-toi de te mettre en pyjama, dépêche-toi… On est tellement pressé qu’on ne se rend plus compte que les enfants (surtout petits) n’ont pas franchement la notion du temps, ou en tout cas pas la même que nous. Et on se met à crier, pour que ça aille plus vite, ou pour qu’ils se calment, ou pour qu’ils mangent…

femme-épuisée

˜˜˜˜˜˜˜

Ensuite, la société est tellement regardante et « catégorisante » qu’on voudrait que nos enfants soient parfaits, aux yeux des autres. Et pourtant… Il ne dit pas bonjour à la caissière en ce moment…Est-ce que ça va faire de lui un futur criminel ? Pas sûre. Pas la peine de crier au milieu du supermarché, ou d’insister avec une voix gênée limite honteuse, il dira bonjour une prochaine fois. Et spontanément.

˜˜˜˜˜˜˜

En repensant ce soir-là à certaines façons de répondre, d’agir avec eux, je me suis dit qu’il y avait des choses à changer… je ne parle pas de changer de mode d’éducation bien sûr, mes principes et les valeurs que je veux inculquer ne bougeront pas, mais il est temps de penser à « lâcher prise » un peu, à comprendre que s’il met 3 minutes au lieu de 2 pour enfiler ses chaussures, ça ne va pas pourrir ma journée. Il n’arrive pas à attacher sa ceinture ? Je perdrai plus de temps à lui crier comment faire qu’en allant l’aider. Si une bêtise est faite, et qu’il cherche à se justifier par un « oui mais »… je ne lui répondrai pas « il n’y a pas de mais », ce qui déclenche en général des cris. Je le laisserai parler (et bien que ça ne changera pas mon mode de fonctionnement, au moins il aura pu s’exprimer, voire même me faire comprendre que j’étais en train de me tromper).

Après vient la notion du temps imparti à maman pour gérer l’ensemble des tâches qui lui incombent en semaine (papa est en déplacement toute la semaine). Je n’ai pas repris le travail uniquement par envie, mais bien sûr par souci financier. Mais suis-je sur le bon chemin ? Y aurait-il d’autres solutions ?

maman surbookee

Certains vont penser évidemment : tu as voulu tes enfants, tu les assumes ; Là n’est pas la question. Bien évidemment j’assume mes 4 petites têtes blondes, mais parfois, et bien je me dis qu’une maman, même « la meilleure maman du monde entier » a le droit de ne pas être au top, et une grosse remise en question ne fait jamais de mal !

Se poser. Relativiser. Décompresser. Profiter.

 

Et vous, avez-vous connu des situations qui vous ont fait réfléchir sur vous-même ?

Maman de 4, overbookée, active ,et make up addict ! Billets d'humeurs, d'humour, coups de coeur et découvertes

5 Comments

  • Bubulle

    Coucou, j’ai beaucoup aimé ton article. Etant étudiante je n’est pas d’enfants mais lire tes articles, qui je trouve toujours aussi intéressant me permette de me rendre compte de certaine chose.
    Je te souhaites du courage, et de réussir à prendre du temps pour toi, tu le mérites.
    Bonne continuation 😊

  • unbrindemamanun

    Super article, ce lâcher prise est essentiel et en même temps j’imagine bien que dans le quotidien, les différents rythmes de chaque individualité entrent en collisions. Mais il faut bien le dire, ce stress provient du fait que c’est généralement la maman qui a cette charge lourde de tout orchestrer.
    Merci pour cet article. Au plaisir de vous relire.
    EM.

  • bienamicalementvotre

    oui et en ce moment même. Mes loulous se disputent constamment et je passe ma journée à les menacer que je vais les étrangler, je crie beaucoup. J’élève la voix pour éviter de lever la main, même si des fois … cela tombe. Je cherche une manière de les tranquilliser et de ME tranquilliser pour que les journées se passent mieux… pas facile

  • Mindandbeauty

    Bel article ! Je n’ai pas d’enfants mais je vis en couple et j’ai parfois ce soucis de tout chronométrer et de me retrouver à me plaindre quand certaines choses prennent du retard. Je me demande souvent comment j’arriverai à gérer quand on aura des enfants.
    En tout cas, ton article est super. Te remettre en question grâce à ton petit bout c’est déjà une belle preuve d’amour envers lui. Et c’est louable car ce n’est pas toujours évident de constater que quelque chose ne va pas chez nous.
    Tia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :